vendredi 21 février 2020

Faune et Flore de Bourgogne avec le collectif Bourgogne Photo Nature

Le club Bourgogne Photo Nature est une association d’une quinzaine de photographes Nature de Côte D’or et de Saône et Loire. Pratiquant la photographie animalière, la macrophotographie, ou bien le paysage, ce collectif de photographes a comme objectif de faire découvrir les richesses de la nature qui nous entoure, afin de mieux la respecter et la protéger. Toutes leurs images sont faites en pleine nature, avec des animaux libres et sauvages. Aucun trucage de l’image n’est pratiqué en dehors des ajustements d’exposition. C’est donc le reflet fidèle de ce qu'ils observent, seul le talent du photographe et sa connaissance du milieu permettent d’obtenir des clichés dignes de ce nom.
Le club exposera 9 photographes au Salon de Saint Jean de Losne :
Philippe Grangeot, 
Fabrice Jardin,
François Legrand,
Bruno Pasquier,
Josette et Gile Roy,
Jérôme Schwab,
Marc Soudière,
Philippe Vorbe.
Ils présenteront des photographies variées de faune et de flore de Bourgogne (rapaces, oiseaux, insectes, faune des bois, flore,…)

jeudi 20 février 2020

Philippe Tartre, artisan de la lumière

Né en 1958 en Bourgogne, Philippe Tartre étudie aux beaux-arts de Beaune puis entre à l’école nationale des beaux-arts et des arts appliqués à l’industrie de Bourges, où il obtient le DNSEP (diplôme national supérieur d’expression plastique) mention Art. Il travaille alors sur la préhistoire de l’art, et plus particulièrement sur l’émotion primaire face à l’esthétique dans l’art mobilier de la préhistoire.
Il entre ensuite dans un atelier de vitrail, et y reste 6 années à apprendre le métier, à apprendre un regard sur la lumière. En 1988, il créé son atelier de vitrail en Bresse du Jura, il œuvre donc à l’entretien du patrimoine et créé celui de demain.
Mais il lui est impossible de s’enfermer dans une seule expression, son travail de plasticien le conduit à parcourir les disciplines de la création, au gré de ses aventures créatives. Collectes, sculptures, mises en scène élaborent son univers d’émotions.
Le thème de l’animal est récurent dans son travail. La photographie de nature vient donc naturellement rejoindre cette palette d’expression, à la toute puissance du moment créateur des autres disciplines, l’humilité est l’essence de celle- ci, sa permanente confrontation avec la lumière au travers du minéral, l’amène sans doute à travailler beaucoup autour de la lumière ou du contre jour dans la photographie.
Depuis le 16 mars 2015, il est lauréat du 25e concours « un des meilleurs ouvriers de France » dans la classe « Vitraux d’art, option: Maquettiste, cartonnier».
Il présente l’exposition « Flore entre abstraction et poésie » : macro et proxi-photographie de fleur du massif jurassien, où le photographe joue essentiellement sur des compositions originales et oniriques. Une de ses photographies présentées a reçu le prix flore au festival international de photographies de Namur.
  
Pour en savoir plus : www.philippetatre.com

mercredi 19 février 2020

Laurent Chagnard et le guêpier d'Europe

Originaire de Chatillon-en-Diois, au pied du Vercors, Laurent Chagnard a grandi dans une ferme et s’est toujours passionné pour les animaux.
Voulant partager ses rencontres sauvages, il s’est mis à la photo vers l’âge de 23 ans. 
Son travail porte uniquement sur la nature. Installé dans le Lubéron en bord de Durance, il se concentre autant sur les oiseaux des zones humides, rivières, étangs (proximité de la Camargue) que sur les mammifères et paysages des Alpes.
Par la beauté des images et le dialogue lors des festivals, il essaie de sensibiliser les visiteurs à consommer plus intelligemment afin d’inverser le déclin de toutes les espèces.

Son exposition « MEROPS » présente une série de photos sur le guêpier d’Europe qu’il suit depuis 3 ans sur des colonies de bord de Durance. « Je me suis aperçu en parlant du guêpier d’Europe autour de moi que cet oiseau est méconnu. Même ceux qui ont déjà entendu le chant du guêpier ne savent pas trop à quoi cela ressemble et ne connaissent pas grand-chose de lui » Lorsque le public voit cet oiseau multicolore, il pense toujours à un oiseau exotique des îles lointaines et ne s’imagine trouver celui-ci en France !
Pour en savoir plus sur ce photographe, voir http://laurentchagnard.com

mardi 18 février 2020

Olivier Gutfreund et les castors


Le photographe Olivier Gutfeund est un habitué des salons et festivals : entre autres Rencontre naturaliste Seichamps 2014 / 2018, Lorraine Photonature 2018, Exposition Bouvancourt 27 au 28 Avril 2019,  Festival photo nature Champagnole (2019), Festival européen d’image et du son à Herbsheim en mai 2019, Salon de la photographie de Sainte Marie au Mine en octobre 2019, …
Prix ou distinctions obtenus :
- Concours Visions Partagées Goetzenbruck 2018 1er prix Noir & Blanc,
- Concours Natura l'Oeil 2018 Egleton : 1er prix section mammifère,
- Concours Namur 2016 : lauréat section mammifère,
- Concours Montier 2016 :1er prix régional
Son exposition portera sur les castors et ses voisins de rivière.


dimanche 16 février 2020

Escapades nature dans les Vosges avec Arnaud Denet


Arnaud Denet, photographe amateur vosgien, 41 ans, personnel de direction de l’éducation nationale, débute la photographie en mai 2017.
Il a participé à de nombreuses expositions : Lorraine Photonature Saint-Avold (mars 2019) ; Photo Nature Gurcy-le-Châtel (mai 2019) ; Photof’Ill La Wantzenau (novembre 2019).
Il a été finaliste du concours du festival Nature Ain à Hauteville (2017), finaliste et deuxième du concours Lumix France (2018), finaliste du concours du festival Egletons Photo Nature (2019), finaliste et deuxième du festival Phot’eaux (2019).
Son exposition s’intitule « Escapades nature dans les Vosges » : le département des Vosges offre des spectacles magnifiques et divers à ceux qui veulent bien prendre le temps d’observer sa nature. Escapades nature dans les Vosges, c’est un modeste échantillon de cette diversité : l’eau, la terre, l’air et le feu, la faune, la flore et les champignons, les paysages et les portraits, la montagne, la forêt, les lacs et les cascades, les mammifères et les oiseaux, les très grands champs et les plus petits, y sont représentés dans une harmonie de teintes pastel.

Pour en savoir plus, voir : https://www.instagram.com/vosges_sauvages/

vendredi 14 février 2020

Gérard Guenot , l'amour des rapaces

Passionné de nature, Gérard Guenot a décidé, en 2012, de traduire ce besoin par l'image. La photographie est devenue son « oxygène ». Les sensations que procure cette pratique durant l'approche et l'observation, représentent quelque chose de particulier et d'émotionnel.
Gérard Guenot souhaite partager ces rencontres où il se dégage une attitude, une atmosphère, où le cliché traduit bien souvent l'illustration d'un fragment de rêve.
Il a choisi comme thème « Le temps d’un regard ». Lors de cette exposition, le public croisera en effet celui de trois familles de rapaces: la chouette chevêche, le hibou des marais et le hibou moyen duc.
Oiseaux fascinants, au regard qui ne laisse pas indifférent, il est dur de résister à leur charme. On n'est jamais rassasié du plaisir que procure cette communion avec ces oiseaux. Ils sont présentés, évidemment dans leur milieu naturel, dortoirs et terrains de chasse, avec des attitudes bien particulières.
Pour en savoir plus sur Gérard Guenot, voir sa page Facebook.

jeudi 6 février 2020

Martine Huin et son univers de féerie et de douceur

De formation artistique, Martine Huin a remplacé ses pinceaux au profit d’un boitier.
Toujours attirée par le côté pictural, c’est tout naturellement qu’elle s’est tournée vers la macrophotographie, qui lui permet une grande liberté de créativité.
Elle papillonne de corolles en étamines, sans oublier les insectes, de lumière en couleurs, à la recherche d’un monde fascinant.
Martine Huin a exposé l’an dernier et continue son histoire avec cette année son exposition de macrophotographie : « Equilibre du Silence », ode à un Univers rempli de féerie et de douceur, qui n’est ni jour ni nuit, monde fantasmagorique et royaume de l’imaginaire peuplés d’insectes.
Les courbes et les lignes, base de son travail, donnent une dimension abstraite et onirique.
Ce style zen est une recherche de sobriété.  C’est toute une saga de « Zou », sa fourmi merveilleuse, qui se promène, au gré de ses envies, dans un univers magique.


Pour en savoir plus, voir sa page Facebook :
 Martine Huin Rêves Ephémères