jeudi 17 janvier 2019

Bruno et Dorota Sénéchal, des passionnés de nature et de photographie


Infatigables voyageurs et véritables globe-trotters de la photographie animalière, Bruno & Dorota Sénéchal parcourent  le monde entier, toujours à la recherche de nouvelles merveilles de la nature.
Bruno est né à Annecy (74 – France), passionné de nature, d’observation animalière, et de voyages depuis plus de vingt ans. Fort de ces années d’expérience sur le terrain, la photographie est venue tout naturellement par la suite. Dorota Sénéchal est américaine et polonaise. Née en Pologne et diplômée des Beaux-Arts, elle a développé ses talents de photographe aux Etats-Unis où elle a vécu pendant plus de vingt ans.
L’aventure « Wapusk », c’est le récit et les photos d’une expédition en milieu extrême, au Nord Manitoba en hiver, en compagnie des Ours Polaires et de leurs jeunes Oursons à peine sortis de leurs tanières hivernales.
 
Thème de leur exposition : Wapusk ours polaires.
Wapusk signifie « Ours Blanc » en langage « Cree » (Nation Amérindienne d’Amérique du Nord).
C’est au Canada, au Nord du Manitoba, que Bruno & Dorota Sénéchal se sont rendus, en hiver, pour une expérience unique, rare et intimiste avec ces grands prédateurs.
Chaque année au mois de février, après un long hiver passé dans leurs tanières, les femelles émergent avec leurs jeunes, qui voient le jour pour la toute première fois. Sous des températures ayant atteint -57° Celsius, les conditions de photographie ont été éprouvantes, tant pour les photographes que pour le matériel.
Mais la récompense fut à la hauteur des sacrifices.
Saisies sur le vif, les images de Bruno & Dorota Sénéchal trahissent une expérience et un sens de l’observation patiemment acquis au cours de nombreux voyages naturalistes aux quatre coins du globe.
Ils ont su capturer des moments de complicité et de tendresse uniques, qui unissent les mères à leurs oursons à peine sortis de leur tanière hivernale.

Pour en savoir plus : http://www.brunodorotaphotography.com

mercredi 16 janvier 2019

Jean-Pierre Thill, délicatesse et poésie


Jean-Pierre Thill  pratique la photographie depuis fin juin 2006, date de sa retraite et de son premier reflex. Après quelques stages (initiation, perfectionnement, traitement de l’image) et à la demande de quelques personnes, il a osé montrer ses images en participant à un certain nombre d’expositions (dont Saint-Jean-de-Losne en 2012 où il obtient le premier prix du public).

Il affectionne surtout la macro et la proxi-macro qui apportent une vision inhabituelle du petit monde qui nous entoure et que peu de gens perçoivent.

Après un break imposé de quelques années, il retrouve sa passion avec parfois une approche plus ludique et créative d’éléments de la nature. Cela sans abandonner son attrait pour la flore et la petite faune qui n’ont jamais été autant menacées et qu’il convient plus que jamais de protéger.

Thème : Jean-Pierre Thill exposera des macrophotographies de graines aigrettées plus communément appelées aigrettes (akène + pappus). Les aigrettes (pissenlit, salsifis des prés, léontodon, épervière piloselle,  crépis bisannuel) sont mises en scène de façon poétique ou ludique qu’il a fallu apprivoiser avec délicatesse et une patience à toute épreuve.
 
Pour en savoir plus : www.jp-regard88.book.fr
 
 

mardi 15 janvier 2019

Bernard Bischoff, un photographe amoureux des Vosges du Nord


Né en 1954, Bernard Bischoff  réside à Reichshoffen, au pied des Vosges gréseuses du nord de l’Alsace. Autodidacte, il démarre son approche photographique de la nature dès l’âge de 12 ans, après déjà plusieurs années de découverte et d’observation du petit monde de nos forêts et de nos vergers.
Henri Ulrich, un des grands précurseurs de la photographie animalière, et Robert Hainard, patient observateur, le guident dans sa quête de l’inaccessible photographie idéale.
Bernard Bischoff a été le premier photographe naturaliste à représenter la faune sauvage en panoramique : voir son site internet « Nature Libre » dédié à la photo panoramique d’animaux en milieu naturel et de paysages : www.bernardbischoff.fr
Routinier des longues attentes comme des randonnées par monts et par vaux, on le devine armé de patience (et d’impatience !), ce qui lui permet de ramener des tableaux insolites d’une gent animale pas toujours disposée à coopérer, ou d’ambiances paysagères magiques. Ce qui compte, c’est de rapporter de l’irréel, lorsque la journée a porté ses fruits, ce qui n’est pas souvent le cas ; la nature est primesautière.
Bernard Bischoff défend les paysages naturels de sa région et les espèces qui y vivent (survivent ?) et montre leur fragilité et leur lent, mais inexorable recul sous la pression des infrastructures routières et résidentielles, des cultures intensives, des destructions de vergers, de principes de chasse démodées. « Plus de biotope, pas de survie pour la vie sauvage… Pas d’avenir pour l’humain ! »
Indépendant depuis octobre 2007, il édite ses propres photographies, sous forme de livres, cartes, tableaux, calendriers…
-        « Nature à cœur », paru en 2005 aux Petites Vagues Editions. Premier recueil de ses photographies panoramiques.
-        Auto-éditeur en septembre 2008 de « Quêtes de lumières ». Ce livre de 160 pages présente une balade récréative sur son terrain de chasse favori, les Vosges du Nord, et pointe les problèmes encourus par la biodiversité dans des espaces apparemment préservés, mais déjà gangrénés par tous les problèmes écologiques de notre époque.
-        Octobre 2010 : sortie du calendrier perpétuel  « 1 année d’Instants Nature », avec 366 images (Bernard Bischoff Editions).
-        « Petits Détours », février 2013. Suite des découvertes naturalistes de notre région au format carré 30x30cm. (Bernard Bischoff Editions)
 
Bernard  Bischoff a participé à de très nombreuses expositions depuis 2007 : Strasbourg, Tignécourt, Namur, Baden Baden, Wissenbourg, Saverne, Dambach,… En 2009 et en 2012, il expose à Saint Jean de Losne.
Bernard Bischoff sur son stand lors du Salon de Saint Jean de Losne en 2012
 
Démarche artistique :
Montrer les Vosges du nord, ce bout d’Alsace émouvant et authentique, ses hôtes sauvages, ses paysages enchanteurs par la photographie panoramique, voilà son souhait :
« Au cœur de cette terre coincée à l’extrême nord-est de la France, entre plaine du Rhin et Palatinat, une quête passionnée, parfois désespérée, m’entraîne dans le massif vosgien en quête de paysages chatoyants, de vieux troncs vénérables ou d’imposants rochers gréseux. Le piémont tapissé de villages pittoresques (mais de plus en plus envahissants) et de quelques vergers (encore) bucoliques a été le terrain de découverte de mon enfance. Dans les prairies et les champs alentours, la recherche d’ambiances féériques, mises en scène par le roi soleil, et de tableaux animées par les seuls acteurs libres et sauvages de nos campagnes me tirent du lit aux aurores. »

Pourquoi les Vosges du nord, ce coin d’Alsace un peu à l’écart des routes, un peu secret, en tous les cas très discret ?
« Parce qu’il y a un charme certain à rechercher et à découvrir quelques perles disséminées dans ce massif de prime abord austère. Etang, ruisseau, rocher, clairière, percée rare du haut de quelque belvédère vers le lointain pour le massif forestier. Prairie, zone humide, verger haute tiges, haie pour le piémont.
Parce que je voudrais garder une simple trace, un souvenir, fugace ou futile peut-être, mais réel, de ces endroits, de leur diversité, de leurs richesses. Mes photographies ne sont que de petites fenêtres découpées dans un environnement de plus en plus menacé, je tente ainsi d’agir contre la dévastation des milieux, la disparition des vergers, des haies, des bosquets, contre l’envahissement du piémont par les monocultures polluantes, par lesquelles la biodiversité est très largement mise à mal. »

Pourquoi le choix du panoramique, dans un format hors normes ?
« Pour restituer au mieux la poésie des paysages de mon pays natal, pour retrouver une image proche de ce que l’on peut admirer dans la nature, pour situer un animal ou une fleur dans son environnement habituel, pour rêver à de grands espaces, pour laisser vagabonder le regard, le laisser s’arrêter sur un détail, puis continuer sa découverte. En somme, essayer de captiver l’attention du spectateur pour qu’il se sente intégré dans l’ambiance, l’attirer dans le décor et l’investir de sa réalité. Peut-être alors lui faire prendre conscience de la fragilité des choses, et du risque qui plane. »

Le thème de l'exposition de Bernard Bischoff : "Le dernier arbre"

  Pour en savoir plus :   www.bernardbischoff.fr

 

lundi 14 janvier 2019

Patrick Decoursier : Eaux de vies ...


Patrick Decoursier, habitant la Moselle près de Metz, parcourt  les  chemins  pour, d’abord, s’imprégner de nature, randonner  et,  s’il y a rencontre avec un élément  remarquable, en ramener quelques témoignages. Dans toutes ses expositions sont privilégiées la poésie, l’ambiance, les jeux de lumière,  la posture.
Le triptyque  d’expositions : «  Histoires d’œil : animaux » puis « Arbor’et Sens : l’ arbre» (toutes deux présentées en 2017 et 2018 à Saint-Jean-de-Losne), et maintenant «Eaux de vies », comprend  des  textes poétiques,  humoristiques, voire philosophiques. 
Partager une « nature au Pat. » qui soigne l’œil pour le faire  ouvrir !
Patrick Decoursier est adhérent LPO, Aspas.
Dernières expositions à Ornans(25), Conflans en Jarnisy(54), Seichamps(54), Montbrun les bains(26), Camargue(13), Namur(Belg), Bouvancourt (51), Châtel St germain(57)

Patrick Decoursier expose sur le thème « Eaux de vies ». 
"L'homme au Chapeau"
 
« L’eau, qu’elle soit glacée, en gouttelettes, en chutes, en océan même... est scientifiquement essentielle à la vie ;  mais elle est aussi très souvent esthétique, artistique ; l’observer, c’est  rêver, imaginer, se  questionner…
D’une  vision  naturaliste  assez évidente au premier regard, où l’eau est source de vies : l’ animal  boit,  pêche,  se nettoie  peut-être, se cache, y vit ... vers  une  deuxième  vision possible  plus surréaliste,  graphique,  imaginaire,  artistique  peut-être,  où le visiteur pourra se questionner sur l’image et y découvrir… une  main, un œil, une couronne, un homme au chapeau, un visage, une  aile, des lettres...
Chaque image  permet  plusieurs lectures.
Etrange, voire  dérangeant  parfois. L’ « eau »-delà  peut-être.
Pourtant, si  voir ces eaux de vies sans  modération est plaisant, l’exposition rappelle que là-aussi, tout est question d’équilibre : trop d’eau devient vite problématique, catastrophique alors que le manque d’eau assèche et fait disparaître les vies et donc... nos yeux aussi.
La balance du temps.
 
Pour en savoir plus : https://tracesdepat.wordpress.com

dimanche 13 janvier 2019

Martine Huin, traverser les apparences ou le sens caché des choses, au Salon Photo Nature du Val de Saône


 Martine Huin
 
De formation artistique, Martine Huin a remplacé ses pinceaux au profit d’un boitier.
Toujours attirée par le côté pictural, c’est tout naturellement qu’elle s’est tournée vers la macrophotographie, qui lui permet une grande liberté de créativité. Elle papillonne de corolles en étamines, sans oublier les insectes, de lumière en couleurs, à la recherche d’un monde fascinant
Le banal devient tableau. Martine Huin travaille essentiellement les lignes, joue avec la lumière et l’ombre dans un contexte poétique. Le graphisme est omniprésent dans ses compositions. Il y un aspect captivant à observer ce microcosme que notre regard ne voit plus.
 
Martine Huin expose sur le thème : Graphisme minimaliste / Macrophotographie « L’Equilibre du Silence » . Travail du graphisme minimaliste et épuré. Attirer le regard sur la perception du sujet et leur rapport à l’espace.  
Pour en savoir plus, voir sa page Facebook :  Martine Huin Rêves Ephémères.

 

 


mercredi 9 janvier 2019

Le photographe et grand reporter Franck Fouquet sera l'invité d'honneur du 12e Salon Photo Nature du Val de Saône / Saint Jean de Losne

Franck Fouquet a un parcours des plus atypiques. Cet ancien grand reporter âgé de 51 ans a tout d’abord embrassé une carrière juridique qu’il a bien vite quitté pour vivre sa passion pour le journalisme et la photographie.

Alternant régulièrement les reportages d’actualité et les sujets animaliers et environnementaux, Franck Fouquet a vu ses photos publiées dans les magazines internationaux les plus prestigieux.
Une de ses photos d’actualité parue dans Time Magazine et Newsweek, illustrant la révolution libanaise anti-syrienne a reçu le prix de la Fondation Mac Arthur aux Etats-Unis.
Franck Fouquet se consacre maintenant pleinement à la photo de Nature car, pour lui, la conservation de la planète, la prise de conscience de la fragilité de celle-ci et de la nécessité d'éduquer les gens à sa protection passent par l'image et sont un combat de la plus haute importance…
Franck Fouquet a publié plusieurs ouvrages de photographies et les dédicacera sur son stand.
Son exposition comporte deux volets, en premier lieu
"Into The White", une exposition consacrée au loup, à l'ours et au lynx dans les forêts enneigées d'Europe de l'Est.
La présentation originale est réalisée sur colonnes comportant 3 photos.
On reviendra prochainement sur le deuxième volet de l'exposition.
 
Pour en savoir plus sur ce photographe voir son site : 
www.franckfouquet.eu                                                                                                                   
 


 
 
 

mardi 8 janvier 2019

La 12e édition de notre Salon Photo Nature du Val de Saône aura lieu les 22-23-24 mars 2019

Voici l'affiche de notre 12e Salon Photo Nature du Val de Saône. Le photographe et grand reporter Franck Fouquet en sera l'invité d'honneur.
L'affiche a été conçue par notre ami Claude Feuillebois que nous remercions. Les photos sont de Franck Fouquet.