jeudi 7 janvier 2010

Franck et Julien Picot



Franck et Julien Picot
Franck : Photographe animalier, de 53 ans. Autodidacte, il a commencé la photographie à l’âge de 21 ans ; au début son sujet principal était la nature en général : forêt ; montagne, lacs et rivières…
S’étant beaucoup documenté, la photo animalière lui est apparue quelques années plus tard. Il a alterné entre les sports de haute montagne, tels que l’escalade, le ski, le vtt, les cascades de glace, l’alpinisme en général, et ce, pendant près de 15 ans. La photographie sportive a suivi lors des années de compétition en vélo de ses deux fils : Ludovic et Julien.
Cela fait maintenant 3 ans qu’ils cumulent leurs sorties et leurs observations ensemble. Très éclectique dans le choix de ses photos, toutes les espèces le fascinent, les cervidés, en passant par les oiseaux des forêts, des étangs et de rivières, les chamois des chaumes…

Julien : Dès son plus jeune âge, ses parents l’ont initié et sensibilisé au respect de la nature et de ses habitants. Il a rapidement été immergé dans le milieu sauvage où se mêlent beauté et fascination. Son premier brâme il l’a vécu à l’âge de 5 ans ; il croit d’ailleurs que sa rencontre avec les grands cervidés cette nuit là a été cruciale dans ses choix photographiques quelques années plus tard.
Il passe des heures à l’affût plusieurs fois par semaine.
C’est au cerf (au sens large de l’espèce) qu’il consacre la quasi-totalité de ses sorties.
Beaucoup plus exclusif dans ses choix photographiques que son père, il ne sait pas expliquer pourquoi cet animal le fascine tant : mélange de force et de beauté, de mythe et de légende, c’est ce qui lui donne le plus d’émotion lorsque leurs regards se croisent.

En résumé, leur approche est davantage naturaliste que photographique : elle s’appuie sur le respect des espèces et de leur environnement.
Aucun cliché ne justifie, à leur avis, un dérangement de l’animal quel qu’il soit ! Témoins privilégiés d’une symbiose entre l’animal et son milieu, leur démarche les amène à vouloir sensibiliser le grand public à la fragilité de ces instants furtifs et fragiles qui les menace.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire