jeudi 24 janvier 2019

Vincent Meunier et sa rencontre avec le sonneur à ventre jaune

Graphiste de profession, Vincent Meunier a été initié à la photographie à travers des stages réalisés auprès de photographes professionnels qui lui ont permis d'approfondir et développer ses connaissances techniques, théoriques et artistiques.
Passionné depuis toujours par la Nature, celle-ci est devenue son sujet de prédilection, autant pour les richesses visuelles dont elle regorge que pour la sérénité qu'elle lui apporte quotidiennement.
Explorer le microcosme qui nous entoure, capter un instant aussi beau qu'éphémère, figer le sensible sont devenus une véritable passion.
La macro-proxy et la photo animalière sont les univers dans lesquels il aime évoluer.

Photographe amateur, il a participé à plusieurs expositions multi-thématiques et festivals photo Nature dans la région Rhône-Alpes :
·        7ème Salon de la photographie de Mornant (Rhône, 2015)
·        2ème Rencontres photographiques du Rivatoria (Ain, 2015)
·        1er salon de la photographie de Rillieux-la-Pape (Rhône, 2016)
·        2ème Salon Monts d’Or Photos (Rhône, 2016)
·        16ème Rencontres de la photo de Chabeuil (Drôme, 2016)
·        6ème Festival Nature Ain Hauteville-Lompnes (Ain, 2018)
·        5ème Festival Lycée Photo Nature 2018 (Ain, 2018)
·        9ème Festival Photo Nature de Barr (Alsace, 2018)

Son thème d’exposition : « Le prince sonneur », le sonneur à ventre jaune.

Présentation d’une espèce protégée d’amphibien, le sonneur à ventre jaune, dans une démarche artistique et naturaliste.

 Vincent Meunier nous en dit plus sur son sujet de prédilection :
« C’est lors d’une balade dans le Bugey (Ain), que j’ai fait la rencontre d’un petit amphibien fascinant : le sonneur à ventre jaune (bombina variegata).
Peu farouche, il s’est laissé approcher aisément, me laissant l’opportunité d’observer son comportement parfois étonnant, et surtout ses traits physiques si particuliers : un joli ventre marbré de jaune, ainsi qu’une pupille en forme de cœur.
Il n’en fallut pas davantage pour que je me prenne d’affection pour ce petit crapaud et décide de le suivre sur 3 années successives.
Ces photos ont été réalisées dans les gorges de Thurignin. Une succession de marmites du diable abritent ces petits princes depuis le printemps jusqu’au mois de septembre pour leur permettre une reproduction en toute tranquillité. »
Pour en savoir plus : :   http://vmeunier.wixsite.com/o-naturel

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire