jeudi 12 mars 2020

Le salon reporté...


Report au mois de septembre du salon Photo Nature du Val de Saône de Saint-Jean-de-Losne
Le salon Photo Nature du Val de Saône devait avoir lieu à Saint-Jean-de-Losne les 27, 28 et 29 mars prochains. Cette manifestation réunit chaque année depuis 13 ans plus de 1000 visiteurs pendant le week-end autour de 25 photographes. En accord avec la mairie de Saint-Jean-de-Losne et ses principaux partenaires, eu égard à la situation sanitaire actuelle, l’association organisatrice, Saône Nature & Patrimoine, a décidé de reporter cet événement au week-end des 25-26-27 septembre 2020.


mercredi 4 mars 2020

Paysages, faune et flore, thèmes de l'exposition du Club Diabolic’ Photos / Auxonne


Le Club Diabolic’ Photos fait partie de l’association Loisirs & Culture à Auxonne. Il compte 10 membres.
Il est animé par Claude Feuillebois pour l'initiation et de traitement de l’image et Cyrille Cournault, photographe professionnel à Auxonne et Dole, pour l’initiation photographique dans ses différentes formes.
Le Club organise des sorties photos, des rencontres avec d'autres clubs, participe à des expositions et réalise des reportages photos pour les associations qui en font la demande, comme certains spectacles (son et lumière), et le triathlon d’Auxonne. Il réalise aussi quelques ateliers « studio » avec des modèles amateurs…
Les membres du Club Diabolic’Photos qui exposeront au Salon :
Claude Feuillebois (animateur), Cyrille Cournault (animateur), Yves Gazin, Christine Orta, Virginie Maffre, Dado Dragica, Stéphanie Jacquet, Françoise Belin.

Les photographes exposeront sur les thèmes : « Paysages, faune et flore », de préférence de la région.
Club Diabolic' Photos est présidé par Claude Feuillebois, et domicilié 5 rue Guébriand - 21130 Auxonne.

mardi 3 mars 2020

Le Photo Club du Val de Saône / Auxonne participe au Salon Photo Nature du Val de Saône

L'association "Photo Club du Val de Saône" a pour but l'initiation et le développement de la technique photographique dans ses différentes formes sans but professionnel.
Le Club se propose, pour y parvenir, d'organiser des sorties photos, des rencontres avec d'autres clubs, d'organiser ou participer à des expositions photos.

Le Club est présidé par Yvette Lorenzo.

Adresse:
Mairie – 21130 Auxonne. Présidente : Yvette Lorenzo.
Portable: 06.82.99.02.73 - 

Les photographes du Club exposent sur le thème : « Les insectes ».
Membres du Club :
Joël Avert, Chantal Bardot, Gilbert Grandgirard, Manuel Lorenzo, Yvette Lorenzo, Michel Moindreau.

Pour en savoir plus sur le club :

dimanche 23 février 2020

Le ciel ... la nuit ... au Salon Photo Nature du Val de Saône ...

Il nous a semblé intéressant d'élargir un peu le terrain de "chasse photographique" et de quitter un instant la terre... C'est pourquoi nous avons donné la possibilité à l'association Astronomie en Plaine de Saône - Cygnus 21 qui existe depuis octobre 2014, d'exposer des photos du...ciel.
L'association est ouverte à tous, jeunes et moins jeunes, débutants ou confirmés, avec des réunions  deux fois par mois, alternant séances d’initiation à l’astronomie et séances liées à l’observation et à la photographie. L'association organiste également la nuit des étoiles et des animations pour les écoles et pour le public principalement dans le canton. L’association Cygnus 21 a pour objet de réunir les personnes qui s'intéressent à l'astronomie et de diffuser cette science auprès du plus large public et des scolaires. Son siège est à Esbarres, à proximité de St-Jean-de-Losne, mais ses adhérents viennent de toute la région.
Photographes qui exposent au Salon : Pierre Causeret / Francis Legrand / Cédric Mansuy / Mariane Marlien / Séverine Morland (et, sous réserve Antoine Musci).
Le club présente l’exposition « Le ciel… la nuit… » : filés d’étoiles, étoiles et comètes, paysages célestes, lune et éclipses, voie lactée, phénomènes lumineux,…
Tout un monde à découvrir, et qui fera, n'en doutons pas, rêver les visiteurs...

Pour en savoir plus :
www.cygnus21.fr

vendredi 21 février 2020

Faune et Flore de Bourgogne avec le collectif Bourgogne Photo Nature

Le club Bourgogne Photo Nature est une association d’une quinzaine de photographes Nature de Côte D’or et de Saône et Loire. Pratiquant la photographie animalière, la macrophotographie, ou bien le paysage, ce collectif de photographes a comme objectif de faire découvrir les richesses de la nature qui nous entoure, afin de mieux la respecter et la protéger. Toutes leurs images sont faites en pleine nature, avec des animaux libres et sauvages. Aucun trucage de l’image n’est pratiqué en dehors des ajustements d’exposition. C’est donc le reflet fidèle de ce qu'ils observent, seul le talent du photographe et sa connaissance du milieu permettent d’obtenir des clichés dignes de ce nom.
Le club exposera 9 photographes au Salon de Saint Jean de Losne :
Philippe Grangeot, 
Fabrice Jardin,
François Legrand,
Bruno Pasquier,
Josette et Gile Roy,
Jérôme Schwab,
Marc Soudière,
Philippe Vorbe.
Ils présenteront des photographies variées de faune et de flore de Bourgogne (rapaces, oiseaux, insectes, faune des bois, flore,…)

jeudi 20 février 2020

Philippe Tatre, artisan de la lumière

Né en 1958 en Bourgogne, Philippe Tatre étudie aux beaux-arts de Beaune puis entre à l’école nationale des beaux-arts et des arts appliqués à l’industrie de Bourges, où il obtient le DNSEP (diplôme national supérieur d’expression plastique) mention Art. Il travaille alors sur la préhistoire de l’art, et plus particulièrement sur l’émotion primaire face à l’esthétique dans l’art mobilier de la préhistoire.
Il entre ensuite dans un atelier de vitrail, et y reste 6 années à apprendre le métier, à apprendre un regard sur la lumière. En 1988, il créé son atelier de vitrail en Bresse du Jura, il œuvre donc à l’entretien du patrimoine et créé celui de demain.
Mais il lui est impossible de s’enfermer dans une seule expression, son travail de plasticien le conduit à parcourir les disciplines de la création, au gré de ses aventures créatives. Collectes, sculptures, mises en scène élaborent son univers d’émotions.
Le thème de l’animal est récurent dans son travail. La photographie de nature vient donc naturellement rejoindre cette palette d’expression, à la toute puissance du moment créateur des autres disciplines, l’humilité est l’essence de celle- ci, sa permanente confrontation avec la lumière au travers du minéral, l’amène sans doute à travailler beaucoup autour de la lumière ou du contre jour dans la photographie.
Depuis le 16 mars 2015, il est lauréat du 25e concours « un des meilleurs ouvriers de France » dans la classe « Vitraux d’art, option: Maquettiste, cartonnier».
Il présente l’exposition « Flore entre abstraction et poésie » : macro et proxi-photographie de fleur du massif jurassien, où le photographe joue essentiellement sur des compositions originales et oniriques. Une de ses photographies présentées a reçu le prix flore au festival international de photographies de Namur.
  
Pour en savoir plus : www.philippetatre.com

mercredi 19 février 2020

Laurent Chagnard et le guêpier d'Europe

Originaire de Chatillon-en-Diois, au pied du Vercors, Laurent Chagnard a grandi dans une ferme et s’est toujours passionné pour les animaux.
Voulant partager ses rencontres sauvages, il s’est mis à la photo vers l’âge de 23 ans. 
Son travail porte uniquement sur la nature. Installé dans le Lubéron en bord de Durance, il se concentre autant sur les oiseaux des zones humides, rivières, étangs (proximité de la Camargue) que sur les mammifères et paysages des Alpes.
Par la beauté des images et le dialogue lors des festivals, il essaie de sensibiliser les visiteurs à consommer plus intelligemment afin d’inverser le déclin de toutes les espèces.

Son exposition « MEROPS » présente une série de photos sur le guêpier d’Europe qu’il suit depuis 3 ans sur des colonies de bord de Durance. « Je me suis aperçu en parlant du guêpier d’Europe autour de moi que cet oiseau est méconnu. Même ceux qui ont déjà entendu le chant du guêpier ne savent pas trop à quoi cela ressemble et ne connaissent pas grand-chose de lui » Lorsque le public voit cet oiseau multicolore, il pense toujours à un oiseau exotique des îles lointaines et ne s’imagine trouver celui-ci en France !
Pour en savoir plus sur ce photographe, voir http://laurentchagnard.com

mardi 18 février 2020

Olivier Gutfreund et les castors


Le photographe Olivier Gutfeund est un habitué des salons et festivals : entre autres Rencontre naturaliste Seichamps 2014 / 2018, Lorraine Photonature 2018, Exposition Bouvancourt 27 au 28 Avril 2019,  Festival photo nature Champagnole (2019), Festival européen d’image et du son à Herbsheim en mai 2019, Salon de la photographie de Sainte Marie au Mine en octobre 2019, …
Prix ou distinctions obtenus :
- Concours Visions Partagées Goetzenbruck 2018 1er prix Noir & Blanc,
- Concours Natura l'Oeil 2018 Egleton : 1er prix section mammifère,
- Concours Namur 2016 : lauréat section mammifère,
- Concours Montier 2016 :1er prix régional
Son exposition portera sur les castors et ses voisins de rivière.


dimanche 16 février 2020

Escapades nature dans les Vosges avec Arnaud Denet


Arnaud Denet, photographe amateur vosgien, 41 ans, personnel de direction de l’éducation nationale, débute la photographie en mai 2017.
Il a participé à de nombreuses expositions : Lorraine Photonature Saint-Avold (mars 2019) ; Photo Nature Gurcy-le-Châtel (mai 2019) ; Photof’Ill La Wantzenau (novembre 2019).
Il a été finaliste du concours du festival Nature Ain à Hauteville (2017), finaliste et deuxième du concours Lumix France (2018), finaliste du concours du festival Egletons Photo Nature (2019), finaliste et deuxième du festival Phot’eaux (2019).
Son exposition s’intitule « Escapades nature dans les Vosges » : le département des Vosges offre des spectacles magnifiques et divers à ceux qui veulent bien prendre le temps d’observer sa nature. Escapades nature dans les Vosges, c’est un modeste échantillon de cette diversité : l’eau, la terre, l’air et le feu, la faune, la flore et les champignons, les paysages et les portraits, la montagne, la forêt, les lacs et les cascades, les mammifères et les oiseaux, les très grands champs et les plus petits, y sont représentés dans une harmonie de teintes pastel.

Pour en savoir plus, voir : https://www.instagram.com/vosges_sauvages/

vendredi 14 février 2020

Gérard Guenot , l'amour des rapaces

Passionné de nature, Gérard Guenot a décidé, en 2012, de traduire ce besoin par l'image. La photographie est devenue son « oxygène ». Les sensations que procure cette pratique durant l'approche et l'observation, représentent quelque chose de particulier et d'émotionnel.
Gérard Guenot souhaite partager ces rencontres où il se dégage une attitude, une atmosphère, où le cliché traduit bien souvent l'illustration d'un fragment de rêve.
Il a choisi comme thème « Le temps d’un regard ». Lors de cette exposition, le public croisera en effet celui de trois familles de rapaces: la chouette chevêche, le hibou des marais et le hibou moyen duc.
Oiseaux fascinants, au regard qui ne laisse pas indifférent, il est dur de résister à leur charme. On n'est jamais rassasié du plaisir que procure cette communion avec ces oiseaux. Ils sont présentés, évidemment dans leur milieu naturel, dortoirs et terrains de chasse, avec des attitudes bien particulières.
Pour en savoir plus sur Gérard Guenot, voir sa page Facebook.

jeudi 6 février 2020

Martine Huin et son univers de féerie et de douceur

De formation artistique, Martine Huin a remplacé ses pinceaux au profit d’un boitier.
Toujours attirée par le côté pictural, c’est tout naturellement qu’elle s’est tournée vers la macrophotographie, qui lui permet une grande liberté de créativité.
Elle papillonne de corolles en étamines, sans oublier les insectes, de lumière en couleurs, à la recherche d’un monde fascinant.
Martine Huin a exposé l’an dernier et continue son histoire avec cette année son exposition de macrophotographie : « Equilibre du Silence », ode à un Univers rempli de féerie et de douceur, qui n’est ni jour ni nuit, monde fantasmagorique et royaume de l’imaginaire peuplés d’insectes.
Les courbes et les lignes, base de son travail, donnent une dimension abstraite et onirique.
Ce style zen est une recherche de sobriété.  C’est toute une saga de « Zou », sa fourmi merveilleuse, qui se promène, au gré de ses envies, dans un univers magique.


Pour en savoir plus, voir sa page Facebook :
 Martine Huin Rêves Ephémères

mercredi 5 février 2020

Julien Boulé, la passion de la faune sauvage


Julien Boulé, photographe luxembourgeois, a toujours été passionné par la faune sauvage et ce depuis son enfance.
Il voyage beaucoup depuis quelques années à la rencontre de ces animaux qui deviennent de plus en plus rares.
Il s’est mis très sérieusement à la photographie depuis un peu moins de 5 ans commençant par la gamme expert Pentax puis évoluant vers la gamme pro de Nikon (D700/D4 et 500mmf4, 70/200mmf2.8 et 16-35f4).
Ses sujets favoris sont les félins, les carnivores et les grands animaux en général mais il apprécie les oiseaux tout autant.
Julien Boulé présentera une monographie d’espèce sur le plus grand des félins, le tigre, sa sous-espèce du Bengale précisément.
Les photos sont prises sur 7 voyages en Inde.
Le photographe essaye d’illustrer de beaux comportements et attitudes de ce magnifique et charismatique animal.





Pour en savoir plus, voir : http://www.julienboule.com


lundi 3 février 2020

Monique Boutolleau et l'ambiance poétique de ses paysages


Toulousaine d'adoption, Monique Boutolleau est née dans les champs du Quercy, et le goût de la nature et des paysages rebondis lui est resté. 
Ses sujets sont principalement liés à la nature, paysages, macros et animalier, auxquels elle apporte une touche de poésie en recherchant des ambiances matinales auxquelles elle apporte une touche picturale.
Elle a découvert l’Aubrac en 2010, depuis elle y revient chaque année, comme attirée par une force invisible. Chaque visite a ses surprises, mais la brume est la cerise sur le gâteau qui permet d’apporter la touche de douceur et de mystère qui transcende les paysages, posés hors du temps où même les vaches font les yeux doux…
Monique Boutolleau a exposé dernièrement au festival de Florac (48), au Phot’Aubrac (48), au festival Pyrénicimes à Pibrac (31) et divers lieu en Haute Garonne
Elle est venue à plusieurs reprises à Saint Jean de Losne et l'on a apprécié chaque fois son regard très poétique. Cette année elle présente « Brumes d’Aubrac » : Paysages embrumés sur le plateau de l’Aubrac qu'elle a su saisir avec une lumière magnifique. Un enchantement et du grand art !

vendredi 31 janvier 2020

Julien Arbez expose le Jura en noir et blanc, lumière et grandeur des paysages.

Pour Julien Arbez, la nature est un trésor, une source d’émerveillement intarissable, une formidable et gigantesque pochette-surprise. Le photographe prend le temps souvent de s’y glisser, de se laisser aller à son rythme pour l’observer et la photographier. Se « fondre », se faire oublier, enfin une bonne raison de se taire ! De sa passion Julien Arbez a fait son métier : photographe-interprète, ou éducateur à l’environnement par la photographie.
Il a exposé dans de nombreux salons et festivals : Montier en Der 2018, La Salamandre 2016, 2017, Nature Namur, Le Vaudioux, Rencontres Foncines, Cornier, etc.
En septembre 2019, sortie de son premier livre : « Ma vie sauvage dans le Jura », 128 p, préface de H. F. Thiéfaine (photos, poésies et  anecdotes de terrain).
Julien Arbez exposera à Saint Jean de Losne sur le thème : « Blanc Jura, l’exposition », qui présente une partie de la faune sauvage du Massif jurassien. Il a choisi l’hiver qui est pour lui la saison photogénique par excellence, représentative du climat de montagne que l’on est malheureusement peu à peu en train de perdre… Il souhaite présenter à la fois des espèces rares, difficiles à observer, et des animaux que nous connaissons (ou croyons connaitre) et auxquels on prête guère d’attention. Julien Arbez est particulièrement attaché à mettre en valeur cette « biodiversité ordinaire », trop souvent oubliée et qui ne représente rien d’autre que nos voisins du quotidien !
Il a choisi le blanc comme couleur dominante, l’idée étant de proposer un thème épuré et lumineux.
La majorité de ses images sont réalisées à l’affût pour limiter le dérangement et optimiser ses chances d’observations.
Pour en savoir plus : http://www.julienarbez.fr/

mercredi 29 janvier 2020

Les fleurs sauvages de l'Ain et du Jura dans l'objectif de Jean-Robert Comte


Jean-Robert Comte, né en 1954 à Lyon, possède la double nationalité française et suisse ; il enseigne en France puis en Suisse jusqu'à sa « retraite » prise il y a peu.
Il a assumé diverses responsabilités au cours de sa vie professionnelle, ou publique notamment celle de maire-adjoint.
Sa veine artistique se manifeste dès la fin de l'adolescence. Il découvre la photographie pendant ses études post bac et passe de nombreuses heures de labo NB : magie jamais oubliée de la photo qui apparaît dans le révélateur.
Il donne la priorité au début au « Paysage » et à la « Macro », assez classiquement, puis effectue un virage vers la photo de rue, mais sa passion est toujours intacte pour la nature, les paysages, la faune, la flore surtout. Il se spécialise actuellement pour ce dernier sujet. Son leitmotiv ? Il y a du beau autour de nous …
On le retrouve pour la seconde fois à Saint Jean de Losne. En 2017, il avait exposé de très beaux paysages, avec ses petits lacs secrets du Jura.
Cette année il a choisi les fleurs comme thème : « Humbles fleurs sauvages de l'Ain et du Jura » (pâquerette, marguerite, anémone des bois, coucou, cardamine des prés, coquelicot, vulnéraire, crépide, sabot de vénus, anémone pulsatile, orchis brûlé, orchis militaire etc.)
Passionné de rando et de nature, Jean-Robert Comte aime en effet arpenter les régions sauvages proches de ses domiciles du Jura et de l'Ain. Il y recherche des espèces florales surtout, que sa photographie saura magnifier par une prise de vue spécialement soignée. Il cherche en effet à mettre en valeur leur humble beauté naturelle en les photographiant de manière à leur offrir, à la prise de vue et non au postraitement, un écrin d'avant et d'arrière-plan proche de la peinture.

Pour en savoir plus ;  http://jrcphotos.fr/

mardi 28 janvier 2020

Pierre Boillaud et les souris du grenier


Pierre Boillaud est un passionné de photographie animalière, toujours à la recherche d’une idée originale avec son œil plein d’amour et de fantaisie.
Il a participé à plusieurs expositions, notamment à Saint-Jean-de-Losne.
Après nous avoir conté l’an dernier dans son court-métrage l’histoire des renards de Londres, il nous propose cette année une exposition originale intitulée « Souris à la vie » où il montre, telle une BD mais sans les bulles, la vie des souris dans son grenier.
Il les a suivies discrètement pendant plusieurs semaines. Il en résulte des images attachantes et étonnantes avec souvent une once d’humour. Son terrain d’action cette fois, alors qu’il court régulièrement bois, prairies et forêts, l’appareil photo en bandoulière, n’est pas près de chez lui mais sous son toit, un lieu d’affût inattendu mais qui surprendra le visiteur.













Pour en savoir plus sur Pierre Boillaud, voir sa page Facebook : Pierre Boillaud photographie animalière.

samedi 25 janvier 2020

Couleurs et graphisme des paysages de l'Atlas, avec Brigitte Raballand


La première exposition de Brigitte Raballand remonte à 2006. Depuis 2014, elle expose 4 à 6 fois dans l'année, principalement à l'occasion de festivals photo.
Elle aime ces temps de partages, d'échanges avec les visiteurs et les autres photographes, ce sont pour elle toujours des rencontres enrichissantes par leurs découvertes.
Elle a rayonné de l'Auvergne à la Bretagne en passant par la Sarthe, dans le sud du Massif Central en Corrèze et sur l'Aubrac, vers l'Est, du Bugey jusqu'au sud de Lyon, sans oublier la Bresse ni la Bourgogne, et un peu plus loin encore jusqu'à Lausanne.
Brigitte Raballand a eu le bonheur de remporter avec des amis photographes la Coupe de France de la Fédération Photographique de France en 2017 et 2019, ainsi que des prix en individuel en 2017 et 2018 aux concours de Tulle et de Pérignat-sur-Allier.
Elle revient pour la seconde fois à Saint-Jean-de-Losn, avec une nouvelle exposition : « De roches et d'ocres, l'Atlas » (couleurs et graphisme des paysages de l'Atlas marocain).

jeudi 23 janvier 2020

La faune de l'Arc Jurassien avec Mehdi Achèche

Originaire du Jura, Mehdi Achèche est venu à la photographie naturellement en sillonnant les sentiers et forêts qui l’entouraient.

Désormais photographe indépendant, il se consacre entièrement à la photographie de pleine nature et revendique une approche locale tournée vers les espèces qui évoluent au plus proche de nous.

Sensible aux émotions que peuvent susciter certaines attitudes ou regards saisis sur le vif, il essaie d’associer esthétisme et instants de vie dans ses images.

Mehdi Achèche exposera sur le thème « L’Arc jurassien, du lynx boréal au martin pêcheur » (captures d’expressions et de scènes de vie de la faune locale à l’arc jurassien (martins-pêcheurs, lynx, renards, hermines, …)

Pour en savoir plus : www.galerienature.fr

mardi 21 janvier 2020

Jean-Pierre Frippiat, l'invité du 13e Salon Photo Nature du Val de Saône en mars


Cameraman à la RTBF pendant près de 40 ans, c’est maintenant la photographie qui occupe tout le temps du photographe Jean-Pierre Frippiat, qui revient une seconde fois présider le Salon de Saint-Jean-de-Losne.
A travers son approche de la nature sauvage, le photographe essaye surtout de restituer les émotions ressenties au cours des longues heures passées à l’observer, à écouter, à prévoir, à cliquer juste à temps… parfois ! La problématique de l’eau l’a toujours interpellé. A travers son travail photographique, d’abord sur le lac de Bambois et maintenant sur l’Eau Noire, Jean-Pierre Frippiat essaye bien sûr de montrer la beauté des sites naturels proches de chez lui mais aussi de susciter quelques réflexions sur notre rapport à l’Eau.
Dans la préface qu’il a bien voulu consacrer à son premier livre « Plumes de brume » Riccardo Petrella écrivait ces mots : «  On ne peut pas laisser les intérêts particuliers des puissants du monde poursuivre leur œuvre de prédation de l’eau, de la nature et de la vie humaine « sacrifiées » sur l’autel de la croissance de leur richesse et puissance ».
Dans « Au clair de l’Eau Noire » Jean-Pierre Frippiat évoque, dans l’introduction du livre, les tensions internationales autour de l’accès à l’eau qui pourraient bien faire de celle-ci l’origine des guerres du 21e siècle. L’exposition et le livre « Au clair de l’Eau Noire » ont vu le jour après 3 ans de vagabondage le long des berges de la rivière. Pour en découvrir les atmosphères, de jour mais très souvent de nuit, pour en approcher la vie, s’en imprégner et tenter, à travers ses photos, de raconter l’histoire et les légendes qu’elle a bien voulu lui souffler à l’oreille.

Jean-Pierre Frippiat exposera sur le thème « Au clair de l’Eau Noire… » : balade contemplative au bord de cette rivière, l’Eau Noire, qui fait la frontière entre la France et la Belgique, sur quelques kilomètres ».

Pour en savoir plus :