jeudi 20 février 2020

Philippe Tatre, artisan de la lumière

Né en 1958 en Bourgogne, Philippe Tatre étudie aux beaux-arts de Beaune puis entre à l’école nationale des beaux-arts et des arts appliqués à l’industrie de Bourges, où il obtient le DNSEP (diplôme national supérieur d’expression plastique) mention Art. Il travaille alors sur la préhistoire de l’art, et plus particulièrement sur l’émotion primaire face à l’esthétique dans l’art mobilier de la préhistoire.
Il entre ensuite dans un atelier de vitrail, et y reste 6 années à apprendre le métier, à apprendre un regard sur la lumière. En 1988, il créé son atelier de vitrail en Bresse du Jura, il œuvre donc à l’entretien du patrimoine et créé celui de demain.
Mais il lui est impossible de s’enfermer dans une seule expression, son travail de plasticien le conduit à parcourir les disciplines de la création, au gré de ses aventures créatives. Collectes, sculptures, mises en scène élaborent son univers d’émotions.
Le thème de l’animal est récurent dans son travail. La photographie de nature vient donc naturellement rejoindre cette palette d’expression, à la toute puissance du moment créateur des autres disciplines, l’humilité est l’essence de celle- ci, sa permanente confrontation avec la lumière au travers du minéral, l’amène sans doute à travailler beaucoup autour de la lumière ou du contre jour dans la photographie.
Depuis le 16 mars 2015, il est lauréat du 25e concours « un des meilleurs ouvriers de France » dans la classe « Vitraux d’art, option: Maquettiste, cartonnier».
Il présente l’exposition « Flore entre abstraction et poésie » : macro et proxi-photographie de fleur du massif jurassien, où le photographe joue essentiellement sur des compositions originales et oniriques. Une de ses photographies présentées a reçu le prix flore au festival international de photographies de Namur.
  
Pour en savoir plus : www.philippetatre.com

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire