mercredi 23 janvier 2019

"Pour qui sont ces serpents (...)?"... Pour vous chers prochains visiteurs du Salon, en toute confiance, grâce à notre ami Sébastien Podogorska...

Après s’être intéressé pendant deux décennies aux mammifères avec principalement le cerf au cœur de ses photos préférées, Sébastien Podogorska se penche maintenant vers un opposé radical : les reptiles !

Et parmi ceux-ci précisément les serpents, ces mal-aimés, ces « sales bêtes »…
S’intéresser à eux c’est découvrir qu’ils sont là, discrets mais bien présents, utiles pour l’écosystème, c’est tout apprendre d’eux !
Et puis c’est surtout changer son approche photo : objectifs différents, conditions de prises de vues qu’il ne connaissait pas, et découvrir le monde de la proxy !
Laissons la parole à Sébastien :

« Lézarder et ramper en Bourgogne »
« Soyons francs, je ne suis pas une langue de vipère, je ne vais pas vous faire avaler des couleuvres, il n’y a pas de lézard, et ma langue ne fourchera pas : j’ai peur des serpents !!!
Mais dans certaines peurs il y a aussi parfois un attrait… Mon père a la trouille de tout ce qui rampe, et j’ai grandi avec l’idée qu’il ne fallait pas s’approcher de ces bêtes-là. Mon arrière-grand-père aurait donné un coup de fusil dans un nœud de vipères et se serait fait poursuivre ensuite… Mon oncle « piqué » quand il était petit… Mes parents me racontant les fameux « lâchers » de vipères par hélicos… Bref, dans la famille, les reptiles ont fait et font toujours frissonner ! Et pour beaucoup de personnes c’est évidemment la même chose, toujours cette crainte et des histoires folles !
Mais depuis quelques années, lorsque je croise un serpent, après un sursaut « instinctif » (que je réprime de mieux en mieux…), et le mouvement de recul (je recule de moins en moins…), j’observe ces bestioles sans pattes… Observer pour connaitre et diminuer la peur, le schéma classique (« Aie confiance » me disent elles!). Et c’est un monde inconnu qui est là, discret, avec ses différentes espèces, ses habitats, ses distributions, ses effectifs, et malheureusement aussi ses atteintes et menaces.
Je ne prétends pas être un spécialiste des reptiles, je découvre cet univers chaque jour, j’aimerais juste participer à l’évolution du regard qu’on leur porte. Montrer à travers quelques photos la beauté de ces mal-aimés, casser certains préjugés, que le regard inquiétant de la vipère cache un animal plutôt paisible par exemple. Et puis les reptiles, ce ne sont pas que les serpents, il y a aussi les lézards et les tortues. Mettez des pattes et les gens n’auront plus peur !
Alors lézardons et rampons en Bourgogne, 14 espèces y vivent ! »

Pour en savoir plus sur le photographe :
 https://www.flickr.com/photos/sebintothewild/

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire